La fondation… et après ?

Créer et développer une activité holistique n’est pas difficile en soi.

A partir du moment où on a défini notre grande vision,
Tout le reste découle de celle-ci.

Quand on sait quels sont nos potentiels,
Quand on sait quelle problématique concrète on aime traiter,
Quand on sait avec qui on aime cocréer,
Quand on a 2 ou 3 offres permettant un choix et/ou des ateliers,
Quand on a défini une communication claire ..

On a la fondation.

Et ce n’est pas ça le plus compliqué car ça s’apprend.

Le plus compliqué,
C’est de croire que c’est possible de réussir en étant soi.
Qu’on a la capacité de générer un CA plus élevé chaque mois jusqu’à atteindre celui qu’on veut..

Tout en étant ouverte autant à la réussite qu’à l’échec parce que ça fait partie du processus.

Le plus difficile n’est de suivre une méthode.

Mais d’identifier la programmation actuelle (pensées, émotions, état interne) qui nous dirige …

Les entrepreneures de l’holistiques sont généralement (hyper)sensibles,
Elles ont un passé, une histoire ..
Parfois elle n’est pas tout à fait réglée et elle entrave au développement du CA.

Alors que, paradoxalement, leur richesse est au coeur de celle-ci.
Dans les ressources développées dans leur histoire.

Parce que si vous avez une tendance à être stressée,
Si vous avez peur du manque, des fins de mois..
Si vous êtes dans un mode « survie »,
Si vous êtes anxieuse à chaque fois que vous parlez de vos offres ou vos tarifs ..

Et ce n’est pas parce qu’on fait mal les choses,
Ou qu’on n’a pas compris comment ça fonctionne,
Ou qu’on ne sait pas utiliser la manifestation
Mais parce qu’on a un système nerveux qui se met en mode « alerte » automatiquement…

Et tout ça, ferme la capacité à recevoir (argent, plus de clients, plus de CA, nouvelles idées, plus de temps pour soi…)

C’est la raison pour laquelle je conseille aux membres de l‘Académie de d’abord imaginer la vie qu’elles veulent vivre.

Car votre activité est au service de votre vie.
Elle sert votre vie.
Vos projets.

Et pas l’inverse.

Et de prendre du temps pour elles.
D’avoir un agenda ventilé.

Car si votre activité est une source de stress,
Si elle crée de l’anxiété/inquiétude plutôt que du plaisir et la joie de partager …

Il y a quelque chose à ajuster.

Soit dans la méthode que vous utilisez.
Soit dans votre programmation actuelle qui vous dirige malgré tout ce que vous mettez en place.

Dans quelques jours, je vous partagerai mon expérience sur le sujet dans la masterclass « Au coeur de soi ».

Car si vous avez un projet, il peut être réalisé.

Mais peut-être que vous « forcez » ou vous cherchez à des endroits où il n’y a pas de « blocage » réel.
Parce que votre système interne vous protège en quelque sorte.

Et souvent la solution est juste devant soi, mais on est en incapacité de la voir.